Menu

Une pollution très présentepoll

Souvent négligée au profit de la qualité de l’air extérieur, la qualité de l’air intérieur constitue pourtant une problématique majeure. En effet, certains d’entre nous passent près de 90% de leur temps à l’intérieur que ce soit à la maison, au travail, à l’école ou pour les loisirs et l’air est souvent plus pollué à l’intérieur qu’à l’extérieur. Par ailleurs, en isolant de plus en plus les bâtiments, nous avons tendance à moins aérer et empêcher ainsi la circulation de l’air qui permet une dispersion des polluants. Ce phénomène devient assez critique lorsqu’une nouvelle isolation est en œuvre, et qu’il n’y a pas d’études pour évaluer les besoins en renouvellement d’air dans les différents locaux. Les personnes les plus vulnérables (enfants, personnes âgées, personnes malades et souffrant de maladie respiratoire ou cardio vasculaire) sont très affectées par la pollution intérieure. Enfin, en fonction des types d’emplois et de certaines répartitions des tâches, certaines personnes sont plus exposées que d’autres à certains types pollution de l’air intérieur.

L’OMS estime que chaque année, 4,3 millions de personnes meurent à cause de la pollution de l’air intérieur. Dans de nombreux pays, la pollution intérieure est produite par des installations de chauffage rudimentaires démunies de rejets canalisés. De même, la cuisson des aliments est également à l’origine d’une pollution intérieure importante et quotidienne, souvent sous-estimée.

Les sources

La problématique est complexe car les sources peuvent être aussi bien internes (mobilier, peinture, cosmétiques, produits d’entretien) qu’externes. Les polluants sont d’origine chimique, organique ou physique. En outre, nos comportements ont un impact significatif (ex : tabac, utilisation de certains produits, aération, etc.). 

Quant à la concentration en polluants dans l’air intérieur, elle dépend de plusieurs facteurs, dont les principaux sont :

        • Le type de source ;
        • La durée d’émission ;
        • Une ventilation plus ou moins performante des locaux.

Ci-dessous vous trouverez un aperçu des principaux polluants. Cette liste est non exhaustive.

Les composés chimiques

Les polluants chimiques diffèrent selon le type de source. Le formaldéhyde est présent dans les panneaux agglomérés, les colles, … Les Composés Organiques Volatiles (COVs) peuvent être émis par les peintures, les produits d’entretien, les parfums d’ambiance,…

Le monoxyde de carbone

Le monoxyde de carbone, plus connu sous son nom chimique « CO », est polluant gazeux émis lors des processus de combustion. Les chaudières atmosphériques et les chauffe-bains placés dans des locaux insuffisamment ventilés peuvent être à l’origine d’intoxications au CO. Pour plus d’informations sur ce sujet, vous pouvez consulter le site internet du Centre antipoison.

Les moisissures

Elles se forment en présence d’humidité et en particulier en présence de ponts thermiques ou sur les parois froides. Dans une maison, les occasions ne manquent pas : salle de bain, cuisine, toilette, machine à laver,...

Les particules fines

Les particules fines sont classées selon leurs caractéristiques physiques (PM2.5, PM10). Elles peuvent être présentes sous la forme d’aérosols dans les habitations. Plus la taille est petite, plus elles sont susceptibles d’affecter l’appareil respiratoire des occupants en profondeur.

Allergènes

De nombreux contaminants biologiques sont à l’origine de développements des allergies, et affectent la santé humaine. Les plus connus sont les acariens. On retrouve également les allergènes présents dans les poils et les traces des chats et des chiens, des insectes vecteurs d’allergènes comme les blattes,…

Amiante

Les matériaux de construction et d’isolation contenant des fibres d’amiante présentent un risque réel lorsqu’ils sont manipulés ou dégradés sans précaution particulière. En cas de rénovation ou de démolition de bâtiments existants, il convient de s’assurer de la présence éventuelle de ces matériaux sur site.

Le radon

Il s’agit d’un gaz radioactif naturel présent dans les sols et dans les roches, dont la concentration varie selon le lieu. Inodore et incolore, il peut provoquer des cancers du poumon. Des techniques de construction adaptées permettent d’éviter l’infiltration du radon dans les habitations. L’Agence fédérale du contrôle nucléaire vous informe sur le sujet. 

Les conséquences

Les conséquences peuvent être graves tant pour notre santé que pour l’environnement. Elles sont détaillées par polluant sur cette page

Go to top