Menu

Pluies acides

Les phénomènes de pollution acide à grande échelle ont été mis en évidence dans les années 70 par l’acidification des eaux des lacs scandinaves et canadiens. Le pH des eaux est devenu plus acide, entraînant des modifications importantes de la faune piscicole. On a ensuite observé un dépérissement à grande échelle des forêts européennes et nord-américaines. Les mesures effectuées montrent que certaines pluies sont beaucoup plus acides (pH compris entre 3 et 4) comparativement à l’eau de pluie « non polluée » (pH de 5,6). Ce phénomène a donc été dénommé « pluies acides ».

Pluies acides

Source : http://lespluiesacidestpe.e-monsite.com/pages/conclusion/conclusion.html

 

L’acidification : un phénomène naturel amplifié par l’homme

L’acidification est un phénomène qui peut avoir une origine naturelle (volcans, sols, mers) mais qui a été fortement amplifié et accéléré depuis l’ère industrielle.

3 principaux polluants responsables de l’acidification :

L’acidification est liée aux émissions de trois polluants :

  • le dioxyde de soufre (SO2) :

L’industrie, première émettrice de SO2. En Wallonie, en 2012, le dioxyde de soufre est essentiellement généré par les activités industrielles (63%), suivies du secteur de la production d’énergie (10%) et du résidentiel (21%).

  • les oxydes d’azote (NOx)

Le transport, émetteur principal de NOx. En Wallonie, en 2012, les oxydes d’azote sont essentiellement générés par le transport routier (50%) et l’industrie (33%).

  • l’ammoniac (NH3).

L’ammoniac, essentiellement lié à l’agriculture. En Wallonie, en 2012, l’ammoniac provient essentiellement (88%) des pratiques agricoles (stockage et épandage des effluents d’élevage, épandage d’engrais minéraux). 

Pluies acides 2

Emissions atmosphériques de substances acidifiantes (SO2, NOx, NH3) en Wallonie, 2012 (Source : AwAC)

Au cours de leur transport dans l’atmosphère, ces polluants subissent de très nombreuses réactions chimiques complexes qui sont impliquées dans le processus d’acidification. Par exemple, SO2 et NOx sont oxydés et se transforment respectivement en acide sulfurique et acide nitrique.

Tous ces polluants évoluent différemment dans l’atmosphère et retombent sous forme de retombées sèches ou humides en se combinant aux molécules d’eau (pluie, brouillard, neige).

L’acidification est un phénomène de pollution transfrontière à longue distance, qui se manifeste à l’échelle des continents. Les moyens de lutter contre cette pollution doivent par conséquent être envisagés non seulement au niveau wallon, mais aussi au niveau international.

Conséquences de l’acidification

Effets sur les écosystèmes : 

Effets sur les biens et l’économie :

Surveillance des dépôts humides 

En Région wallonne, un réseau pluie de 9 collecteurs mesure les retombées en polluants acidifiants.

Vous pouvez retrouver les résultats ici.

Liens supplémentaires:

Indicateurs Clés Environnement Wallonie 2012, Emissions polluants acidifiants

Etat Environnement Wallonie, 2006-2007, Polluants acidifiants dans l’air

Qualité Air ambiant en région wallonne, Pluies acides

Rapports des réseaux de surveillance de la Qualité de l’Air (voir pg 101)

 

Go to top