Menu
Origine du polluant:

Des phénomènes naturels comme le volcanisme, les embruns marins et l’érosion sont à l’origine d’émissions de SOx. Cependant, l’essentiel des émissions d’oxyde de soufre provient de l’activité humaine. Ces émissions sont principalement dues à la présence de soufre dans les combustibles fossiles (charbon, pétrole,…) et plus rarement dans les matières premières utilisées par l’industrie. Dans une moindre mesure, certains processus industriels spécifiques génèrent aussi des émissions de soufre (production d’acide sulfurique ou phosphorique). Précisons que le gaz naturel utilisé en Belgique ne contient pratiquement pas de soufre.

A l’échelle mondiale, le transport maritime constitue un des principaux émetteurs de SO2. Les carburants maritimes contiennent en effet des concentrations importantes de soufre. Les émissions dues au transport maritime se transportent à longue distance et influencent les concentrations de soufre dans l’air ambiant des zones locales terrestres.

Effets

Il s’agit d’un gaz irritant et corrosif qui peut avoir de multiples effets :

      • Effets sur la santé : les oxydes de soufre (SOx) sont des gaz irritants qui agissent en synergie avec d'autres substances notamment les particules en suspension. Ils sont associés à une altération de la fonction pulmonaire chez l'enfant et à une exacerbation des symptômes respiratoires aigus chez l'adulte. Les personnes asthmatiques y sont particulièrement sensibles. Les SOx peuvent provoquer une hausse de la mortalité liée à des accidents cardio-vasculaires. Ils sont devenus tristement célèbres suite à de graves épisodes de pollution ayant causé de nombreux décès dans les populations exposées: Londres en 1952 ou Engis en 1930.
      • Effets sur les écosystèmes : les SOx participent au phénomène de formation des pluies acides et contribuent donc à l’acidification des milieux naturels qui provoque notamment le dépérissement des forêts.
      • Effets sur les biens et sur l’économie : les pluies acides réduisent aussi les rendements agricoles et sylvicoles et entraînent la dégradation de certains types de pierres de construction.

Grâce à la forte réduction des oxydes de soufre (près de 90 % en Europe par rapport à 1980) et des oxydes d’azote, le phénomène d’acidification est en voie de résolution. Cependant, il reste problématique dans des zones sensibles de Scandinavie, en mer Baltique et dans certaines zones de Grande-Bretagne et en Europe centrale.

Toutefois, le SO2 est un précurseur de la formation de particules secondaires, principalement par réaction avec l’ammoniac pour former des particules de sulfate d'ammonium.

Secteurs les plus émetteurs

Dans le tableau ci-dessous sont repris les 3 secteurs les plus émetteurs. La somme de ces trois secteurs représente environ 90% des émissions.

Emiss SOx tab1

Évolution des émissions

Depuis la fin des années 1970, les pays de l’Union européenne et plus globalement les pays de la zone de l’UNECE (Commission Economique pour l’Europe des Nations-Unies qui couvre les pays du continent européen, dont la Russie et les anciennes Républiques soviétiques à l’ouest de l’Oural, les USA et le Canada) ont réalisé d’importants efforts de réduction d’émissions des oxydes de soufre. La Wallonie a réduit ses émissions de 90.6 % entre 1990 et 2014.

Les réductions observées proviennent en grande partie de la désulfurisation des combustibles fossiles (carburants routiers, gasoil de chauffage, fuel lourd dans l’industrie) et d’un recours accru au gaz naturel au détriment notamment des combustibles solides.

Des systèmes de désulfuration des fumées de combustion ont également été installés dans les grandes entreprises des principaux secteurs émetteurs.

Emiss SOx graph1

Emiss SOx tab2

Objectifs de réduction et normes

Au niveau international, les émissions d’oxydes de soufre sur le territoire belge sont règlementées par le Protocole « LRTAP » de Göteborg de 1999 , amendé en 2012, qui fixe un objectif juridiquement contraignant à l’horizon 2020 de réduction des émissions de SOx de 43% par rapport aux émissions de 2005, ce qui correspond pour la Wallonie à un plafond d’émissions d’environ 26 kt pour 2020, pour les sources stationnaires et mobiles.

Au niveau européen, la directive 2001/81, dite directive NEC (pour National Emissions Ceilings), avait fixé des plafonds nationaux d’émission en valeur absolue par Etat membre pour 2010 par rapport à 1990. Cette directive est en cours d’amendement afin de fixer des objectifs de réduction pour 2020 et 2030. Il s’agit d’objectifs de réduction en pourcentage relatif spécifiques par Etat membre pour 5 polluants, dont le SO2. Pour 2020, il s’agit des mêmes objectifs que pour le Protocole de Göteborg. Pour 2030, la Belgique devra réduire ses émissions de 66% par rapport à 2005.

D’autres dispositions européennes, transposées dans le droit wallon, contribuent à réduire les émissions de soufre, dont la directive IED 2010/75 du 24 novembre 2010 relative aux émissions industrielles, qui impose des normes et valeurs limites d’émission dans les permis et l’usage des Meilleures Technologies Disponibles (MTD) pour les grandes installations industrielles, ainsi que la nouvelle directive 2015/2193 du 28 novembre 2015 relative aux émissions de certains polluants provenant des installations de combustion moyennes (1 à 50 MW) (dite directive MCP-Medium Combustion Plants).

Plus d’informations sur ces obligations dans la partie législation ici

Go to top