Menu

Méthodologie d’inventaire 


Dans le cadre du Protocole de Kyoto, le GIEC a défini des méthodologies d'inventaire uniformisées pour tous les pays qui ont ratifié la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCUNCC) et le Protocole de Kyoto, afin d'assurer la comparabilité des résultats. 

Pour les autres polluants, des lignes directrices relatives aux méthodologies ont également été établies (Guidebook emep-corinair).

Les émissions sont globalement calculées en multipliant une variable d’activité (consommation des différents combustibles, volume de production,…) par un facteur d’émission. Les facteurs d’émission proviennent soit de méthodologies standardisées et approuvées internationalement, soit d'études ciblées ou de mesures aux cheminées qui sont réalisées afin de disposer de facteurs reflétant mieux les conditions locales. Les variables d’activité proviennent de différentes sources statistiques, dont notamment le bilan énergétique régional établi par la Direction Générale opérationnelle de l'Aménagement du territoire, du Logement, du Patrimoine et de l'Energie (DGO4) (www.energie.wallonie.be). En ce qui concerne les entreprises visées par la Directive IED, elles sont soumises à une obligation annuelle de rapportage de leurs émissions via Regine (Enquête intégrée environnement). Pour certains secteurs comme les transports, l'agriculture, la foresterie ou les déchets, des modèles spécifiques sont utilisés pour estimer les émissions.
Les méthodologies et/ou les facteurs d'émissions sont régulièrement améliorés, lorsque de meilleures données ou méthodologies sont disponibles. La réalisation des inventaires d'émission est donc un processus dynamique et les inventaires des années précédentes peuvent être révisés. Les chiffres d'émissions varient donc parfois de façon sensible d'une publication à l'autre.

 

 

 

Go to top