Menu

awac news 2

Quelques chiffres provisoires concernant la situation de la qualité de l’air en Wallonie pour l’année qui vient de s’écouler.

news 2019 virginie 1Particules fines

Pour la quatrième année consécutive, aucune station de mesure des particules fines ne dépasse les normes européennes :

- Concentration moyenne annuelle en PM10 : la valeur la plus élevée est enregistrée en 2018 à Marchienne-au-Pont avec 27 µg/m³ moyens annuels. Pour rappel, la norme européenne fixe le seuil de 40 µg/m³ annuels et la norme OMS à 20 µg/m³.

- Concentration moyenne annuelle en PM2.5 : la valeur la plus élevée en Wallonie est enregistrée à Jemeppe-sur-Meuse avec 15 µg/m³. La valeur limite européenne est fixée à 25 µg/m³ et celle de l’OMS à 10 µg/m³.

- Concentrations journalières en PM10 : la limite européenne journalière est de 50 µg/m³ et ne peut être dépassée plus de 35 fois au cours de l’année. C’est la station de Marchienne-au-Pont qui a enregistré en Belgique en 2018 le plus grand nombre de dépassements avec 34 jours.

Sur les 10 dernières années, la situation des particules fines s’améliore considérablement, comme le démontre l’évolution des concentrations entre 2008 et 2018 dans le graphique ci-dessous. Les concentrations ont toutefois légèrement remonté en 2018, en raison des conditions météorologiques défavorables.

 

news 2019 virginie 2

En ce qui concerne les épisodes SMOG liés aux particules fines, le seuil d’information a été dépassé en 2018 trois fois en Wallonie : le 21 février, le 3 mars et le 15 mai. Le seuil d’alerte à 70 µg/m³ n’a pas été dépassé depuis 2014.

Dioxyde d’azote

Depuis 2008, la Wallonie respecte en tout point de mesure les valeurs limites européennes et de l’OMS de 40 µg/m³ en moyenne annuelle. La valeur la plus élevée en 2018 a été observée à Charleroi avec 28 µg/m³ annuels.

En Belgique, deux stations dépassent cette limite : une à Bruxelles et une à Anvers. Ce sont des stations installées à proximité d’axes de circulation à très grand volume de trafic, ce qui explique les hautes concentrations observées.

Ozone

L’été 2018 a été exceptionnellement chaud et ensoleillé. Six jours d’ozone ont été observés en Wallonie, c’est-à-dire six jours avec au moins une station en Wallonie en dépassement du seuil européen d’information de 180 µg/m³ horaires. C’est le nombre le plus élevé depuis 2010. Les jours d’ozone ont été observés aux mois de juillet et août. En juillet, il y a eu trois jours consécutifs du 25 au 27 juillet. Début août, il y a eu trois jours d'ozone du 2 au 4 août.

Sur le territoire belge, 10 jours d’ozone ont été comptabilisés au total pour l’année 2018. Pour comparaison, en 2017, seuls 5 jours d'ozone ont été observés en Belgique. Au cours des étés (très) chauds de 2003 et 2006, respectivement 16 et 22 jours de dépassement du seuil d’information ont été enregistrés.

En 2018, plusieurs jours de dépassements du seuil de protection de la santé EU (calculés lorsque la moyenne glissante 8h dépasse le seuil de 120 µg/m³) ont été observés à chacune des stations de mesure en Wallonie.Le maximum de jours de dépassements en 2018 est observé à Eupen avec 21 jours de dépassements en moyenne sur les 3 dernières années. La directive autorise 25 dépassements en moyenne sur 3 ans et ce critère est donc respecté en tout point de mesure en Wallonie. En Belgique, deux stations sont en dépassement en Campine (Flandre).

L’objectif à long terme d’aucun dépassement n’est atteint nulle part en Wallonie.

Dioxyde de soufre

Les concentrations ont tellement diminué ces dernières décennies que le polluant devient anecdotique : le maximum enregistré est atteint à Engis avec 2.4 µg/m³. La limite annuelle fixée par l’Europe est de 20 µg/m³. Les normes européennes fixent également des concentrations limites horaires, qui ne sont plus jamais atteintes.

Plus d’informations sur :

 

Remarque : les données de mesures en 2018 ne sont pas encore toutes validées et certaines modifications minimes pourraient être apportées.

Go to top