Menu

awac news 2

Rapport d’évaluation scientifique sur la qualité de l’air du continent européen 2016.

Les organes scientifiques de la Convention de la Commission Economique pour l’Europe des Nations-Unies (UNECE) sur la pollution atmosphérique transfrontière à longue distance (LRTAP) ont publié en mai 2016 un Rapport d’évaluation scientifique sur la qualité de l’air du continent européen.

Dans le cadre de cette Convention, huit  Protocoles ont successivement été adoptés pour protéger les écosystèmes et la santé, en luttant contre les phénomènes d’acidification, d’eutrophisation, d’ozone troposphérique, de smog et de polluants persistants.  Ces Protocoles visent, de manière individuelle ou intégrée, les oxydes de soufre, les oxydes d’azote, les composés organiques volatils, les particules fines, l’ammoniac, les métaux lourds et les polluants organiques persistants.

En savoir plus sur la convention LRTAP

Le présent rapport scientifique permet de constater les progrès réalisés depuis les années 1980 dans la réduction des émissions des polluants mentionnés.  Il adresse cependant aussi plusieurs domaines essentiels qui nécessitent des politiques et mesures complémentaires dans les années futures afin d’encore améliorer la protection des écosystèmes et surtout de la santé, et d’atteindre, sur l’ensemble du continent, les normes de protection identifiées par l’OMS pour la santé humaine et des concentrations inférieures aux charges critiques des divers écosystèmes.

Voir le rapport scientifique.

Ce Rapport scientifique d’évaluation 2016 a fait l’objet d’une analyse sur les actions, politiques et mesures futures qui pourraient être menées dans le cadre de la Convention et de ses Protocoles dans les domaines politiques, techniques, scientifiques, de la coopération avec d’autres pays ou Organisations internationales ou de la communication pour répondre aux problèmes identifiés. 

En savoir plus sur le document ECE/EB.AIR/WG.5/2017/3.

NB : Il est à noter que la figure 31, page 19, du Rapport scientifique, qui montre la proportion de population de certains pays de la zone EMEP exposée aux concentrations de BaP (HAP) dans l’air ambiant, supérieures à la valeur cible de l’UE de 1 ng/m3, comporte des données erronées pour la Belgique.  Effectivement, les concentrations de ce polluant en Belgique sont en-deçà de la norme européenne à tous les points des réseaux de mesures des trois Régions.

Go to top